☰ Présentation du Groupement Fomopéa


PLAN  ADMINISTRATIF
Le groupement Fomopéa est situé à l’ouest Cameroun, dans  département de la Menoua, arrondissement  de Fokoué. Il se situe très exactement à la lisière de ce département, sur le flanc EST. Le chef-lieu de la Menoua est Dschang  dont on attribue à tort ou à raison la dénomination générale à tous les villages du département.  Toutefois le groupement Fomopéa admet des limites avec les villages de l’arrondissement de Penka-Michel (Baloum), ainsi que des villages du département du Haut-Nkam (Fotouni, Fondjomekwèt, …). Du reste, le groupement Fomopéa partage la majorité de ses limites avec des voisins de son arrondissement notamment : Fokoué, Sonkeng, Fotoufeu …
Le groupement Fomopéa est placé sous l’autorité traditionnelle d’un chef supérieur. sa Majesté  JUSTIN TIENTCHEU, neuvième héritier de la dynastie des rois Fomopéa, est au trône depuis 1980, année de disparition de son défunt père le Roi KOUAKAM Laurent.
De par son titre, le chef Supérieur Fomopéa est un auxiliaire de l’administration. De ce fait il représente l’Etat auprès de son peuple par déconcentration des pouvoirs du Ministère de l’administration territoriale et de la décentralisation. En même temps représente son peuple auprès de ce département ministériel sous la tutelle de ses institutions décentralisées.
Fomopéa est donc dans l’arrondissement de Fokoué,  son voisin et collectivité sœur, avec qui il entretient des relations très étroites et dont le secret de cette collaboration très conviviale tire sa source depuis les origines.
Dans un contexte marqué par la décentralisation, Fomopéa bénéficie d’une importante session des compétences dans sa municipalité. En occurrence, Il est le siège de l’unique Télécentre communautaire polyvalent présent dans l’arrondissement. Dans le groupement Fomopéa, la demande en matière d’accès à une éducation de qualité à progressivement conduit à la multiplication des établissements maternels et scolaires publics  (03) YANTOUCK, CENTRE , TSENLA; à côté des établissements confessionnels (Mission Catholique Sainte Aline de Fomopéa) . Un collège d’enseignement secondaire y a vu le jour depuis 2009.
Fomopéa aujourd’hui est le siège de centres d’Etat civil et centres spéciaux d’Etat civil pour une offre en services civils sans efforts de déplacement au siège de l’arrondissement à Fokoué.

 

ORGANISATION SOCIOPOLITQUE
Le groupement Fomopéa est formé par des hommes et femmes de la région des grassfields communément appelés Bamiléke. Le peuple Fomopéa forme une communauté traditionnelle organisée autour d’une chefferie placée sous la tutelle d’un chef du supérieur. sa Majesté  JUSTIN TIENTCHEU est le Roi des Fomopéa. Il préside aux destinées de sa communauté à travers une organisation sociopolitique orientée vers l’épanouissement de son peuple. D’une part, le respect des institutions et de la répartition sectorielle en différents villages et quartiers dirigés respectivement par les chefs de village et par les notables chefs de quartier, mais l’application d’une politique de distinction honorifique d’autre part qui s’affiche comme une récompense progressive des efforts consentis par des acteurs au développement communautaire dans le groupement Fomopéa.        

 

Le chef supérieur Fomopéa
Sa Majesté  JUSTIN TIENTCHEU est le Roi des Fomopéa. Comme son titre l’indique, Il est l’autorité communautaire de premier plan. Le garant et le gardien des traditions. C’est la première personnalité du groupement Fomopéa à travers qui tout le peuple se résume et s’identifie. Le chef Supérieur Fomopéa a pour lieu de résidence la chefferie Fomopéa.  La dénomination Fiètla est attribuée à l’espace géographique qui abrite la chefferie Fomopéa. Sur le terrain, c’est une association d’espaces divers, empruntés à différents quartiers, qui forme Fiètla Fomopéa. C’est le quartier du chef, bienque en réalité le chef soit pour tout le monde et appartenant à tous les quartiers du groupement. Il est certes le chef de la famille royale, le capitaine de la cours royale, mais il est au service du peuple, de tout son peuple sans aucun parti pris. En principe, l’autorité et la responsabilité d’un chef vis-à-vis de son peuple est totale et irrévocable, de même que le service et l’allégeance du peuple à son chef est inébranlable. Le chef est au service de tout le monde, comme tout le monde est au service du chef. Au sein du groupement Fomopéa, il assure la cohésion sociale et l’administration traditionnelle avec ses notables. Il gère les conflits inter familiales et les litiges de toute nature. Soit par délégation de ses notables qui lui rendent fidèlement compte, soit de façon directe par le truchement de ses conseils, du tribunal coutumier parfois et au pire des cas, par des épreuves magico-spirituelles à dessein de déterminer la culpabilité ou non d’un accusé.
À l’extérieur, c’est-à-dire au sein des communautés voisines ou sœurs, le chef Fomopéa représente valablement son groupement. Il y intervient au nom de tous les Fomopéa en s’appuyant sur son éminente majesté. Le message qu’il y délivre est fait au nom de tout son peuple dont il détient l’entière responsabilité. La communauté qui l’invite transmet à travers lui, le message à toute la communauté Fomopéa. Le chef supérieur Fomopéa assure la gouvernance traditionnelle du groupement, en collégialité avec ses notables, qu’il consulte en toute circonstance pour prendre des décisions sages et bénéfiques au développement de sa communauté.             


Les notables
Les notables sont les collaborateurs directs du chef Fomopéa dans l’administration du groupement. Ils sont les représentants des personnes dont ils ont la charge auprès du conseil de notables à la chefferie Fomopéa. Ils sont les porte-parole de leur population et présentent leurs doléances et opinions au conseil. Ils veillent également à la mise en application des grandes décisions arrêtées à la chefferie, dont eux-mêmes partagent l’entière responsabilité. Bref, les notables assurent la liaison entre la chefferie et les masse sociales pour un développement harmonieux et concerté du groupement. Ils sont les représentants du chef supérieur Fomopéa dans leurs localités respectives.
Il existe 2 catégories de notables qui siègent en conseil à la chefferie Fomopéa. Le conseil des 09 et le conseil des 07..

 

LE CONSEIL DES NEUFS (09)
C’est une organisation qui regroupe les Chefs de villages, les chefs de quartiers, le chef de communauté fomopéa de douala, le chef de communauté fomopéa de yaoundé et toute personne cooptée par le chef du groupement Fomopéa. Elle a pour mission de veiller à la bonne marche du groupement et au bon fonctionnement des biens et des personnes. Elle travaille au quotidien pour la planification des évènements coutumiers et la consolidation de la solidarité entre les natifs Fomopéa. Au sein du conseil des neuf siègent des notables chefs de quartiers. Leur statut est hérité de leur défunt père.  Excepté le quartier Fietla qui présente un statut particulier, le groupement Fomopéa est composé de plusieurs villages et quartiers.

 

QUARTIER YANTOUCK
C’est le premier quartier de Fomopéa sur la pénétrante nord. Il constitue la porte d’entrée du groupement pour le visiteur en provenance de Fokoué sur l’axe routier principal. C’est ici qu’on retrouve l’une des principales attractions touristiques du groupement à savoir le Mont Néyang. Un massif rocheux, haut de plusieurs dizaines de mètres, en suspension au-dessus d’une agglomération dont le décor pittoresque projette l’image d’un environnement exceptionnellement paradisiaque. Le quartier Yantouck regroupe une population estimée à plus d’un millier d’âmes. Il s’étend du pied du Mont Néyang dans l’arrondissement Fokoué jusqu’au pied du Mont Baloum dans l’arrondissement de Penka Michel (Bansoa) et prolonge vers la vallé de Yantsin jusqu’à la limite de Fotouni dans l’arrondissement de Bandja (Haut-Nkam). Bref, le quartier Yantouck seul situe Fomopéa au carrefour de trois arrondissements et sert de courroie de transmission pour deux départements Menoua et Haut-Nkam. La principale danse traditionnelle du quartier Yantouck est le Samalé. L’administration du  quartier obéit à un bicéphalisme assuré par Mo’o NKAMYANTOUK MAZADJOU et Mo’o WAMBA NOUCKNENA  NDEMANOU Jean. Le quartier Yantouck abrite l’une des trois écoles publiques du groupement Fomopéa. On y retrouve également l’une des Chapelles Catholiques, attachée à la Paroisse Sainte Octavie de Fomopéa. Yantouck abrite l’un des plus impressionnants foyers agricoles de Fomopéa où se développement une intense culture maraichère et vivrière sur un sol parsemé de rochers superposés. Ces blocs de rochers se seraient progressivement détachés du mont Néyang, le massif rocheux dominant de cette région. D’ailleurs, selon la légende, il se dit que « lorsque un bloc important de pierre se détache du mont Néyang, cela traduit la mort d’une importante personnalité du groupement dans un futur proche». Yantouck a pour voisin Fomopéa le quartier Madong.

 

VILLAGE  MADONG
Le quartier Madong est l’un des plus importants du groupement Fomopéa du point de vue historique. C’est ce quartier qui abrite la toute première chefferie Fomopéa ainsi que le premier chef. C’est d’ailleurs sur les terres du quartier Madong que le premier chef en provenance de Bali « Pani » dans la région du Nord-Ouest a élu résidence. Sur ce préalable, Le quartier Madong passe pour être le premier quartier du groupement Fomopéa du point de vue du peuplement. Le chef du quartier ici est appelé Fou Mandong. La principale danse traditionnelle du quartier Madong est le Djamassa. Le quartier abrite Les deux principales institutions religieuses du groupement à savoir la paroisse Sainte Octavie de Fomopéa et l’Eglise Protestante de Fomopéa. C’est également au quartier Madong que l’on retrouve la mission Catholique Sainte Aline de Fomopéa, juxtaposée à l’Eglise Catholique. Quelques attractions touristiques du quartier Madong sont Nkhiè Maganleung, Mbnou’ menépah… Une partie du quartier Madong entre dans la contitution du quartier Fiètla.   

 

QUARTIER NZIYONG
C’est le quartier du notable Mo’o Nzeuk Mounguim NGAMENE Alphonse. L’entrée principale du quartier Nziyong se situe à quelques mètres en aval du carrefour Madong, du côté opposé à la concession de KouaMeigang. Il s’étend sur le flanc droit des collines de Yah na’ et Tougépé en prolongation sur ndoung kop. Toutefois, une bonne partie du quartier Nziyong s’étend sur le versant Est du groupement Fomopéa à la limite du village Fondjomekwet. La principale danse traditionnelle du quartier Nziyong est le Ben-skin. Le quartier Nziyong est l’un des plus riches en végétation arbustive. Ici, le plan des eucalyptus et d’autres arbres à usage domestique confère au paysage une verdure toute particulière.


QUARTIER TOUGLA
C’est le quartier du Notable Mo’o Nkam Tougla Kenfack Alain. La principale danse traditionnelle du quartier Tougla est le Kohndjang. Il abrite la première école publique de Fomopéa, l’Ecole Publique de Fomopéa Centre. C’est également au quartier Tougla que l’on retrouve la plus importante formation hospitalière Fomopéa ; le centre de santé intégré de Fomopéa. Au-dessus du quartier Tougla, dans les hautes montagnes du groupement, habite une communauté de nomades Haoussa sédentarisé à Fomopéa depuis plusieurs décennies. La principale attraction touristique du quartier Tougla est EYUET, un incomparable plateau au-dessus des chaînes montagneuses où les terres sont très fertiles avec une production agricole impressionnante. Il y a également Nkhiè Soh, une rivière historique qui prend sa source sur le plateau de EYUET et se jette dans le fleuve NKHIE MLEUK. Pour son étroite proximité de la chefferie Fomopéa, une bonne partie du quartier Tougla entre dans la formation du quartier Fiètla. 


QUARTIER NZINCHIA
C’est le quartier du notable Mo’o Wouètndia Fou Nkeungnang Kenfack Bonaventure. Le quatier Nzichia commence à partir du premier carrefour, juste après le pont sur la rivière Nkhiè soh à une vingtaine de mètres du marché Fomopéa en allant vers Mengué. Il s’étend sur le flanc droit du groupement jusqu’à la colline dénommée Nteuh. La principale danse traditionnelle du quartier Nzinchia est le Ngeunguia.  

 

QUARTIER MEGUE
C’est le quartier du notable Mo’o Menkam Ndouma Djeumeni Boniface. Le siège de son trône se dresse au sommet d’un plateau appelé Ndoumba. La principale danse traditionnelle du quartier Megué est le Djamassa, cependant l’une des plus importantes réunions du quartier c’est le Mkouag mgué Nkam Doumba, danse des reines de la chefferie Ndouba/Megué. Megué abrite la plus haute institution académique du groupement ; le CES de Fomopéa. Dans ce quartier, La végétation est particulièrement arbustive. C’est l’un des secteurs à Fomopéa où l’on retrouve encore quelques forêts naturelles des origines et quelques arbres anciens qui donnent de la visibilité sur l’authenticité de son environnement. Avec la pléthore de ses ruisseaux colorés de rouille, ingrédient naturel de la multitude de beaux hommes et de belles femmes du quartier, Megué revendique aujourd’hui la palme d’or de la beauté à Fomopéa. Comme la plupart des quartiers du groupement, Megué présente aussi des espaces de savane où se développe une agriculture de la terre brûlée. 

 

QUARTIER TOUKMGHEUNG
Le quartier Toukmgheung est placé sous l’administration de son chef de Mo’o Wouètdiè Nzeuk Ngeupen. La principale danse ici est le Maghouop, qu’il partage avec son voisin direct Tseunmgheung. Toukmgheung forme avec les quartiers Tseunmgheung et Tètfam un grand ensemble dénommé Tsenla. Toukmgheung est une agglomération qui affiche une très grande concentration de ses populations à proximité des différents axes routiers qui traversent le quartier à plusieurs échelles. On y retrouve l’un des plus importants carrefours du groupement Fomopéa dénommé carrefour Tsenla. C’est un quartier où on observe un grand effort de reboisement, cependant avec une poussée inaltérable de la savane toujours favorisé par la fréquence des feux de brousse. Il abrite une des deux Chapelles Catholiques placées sous la tutelle de la Paroisse Sainte Octavie de Fomopéa. Le quartier Toukmgheung est limité par Mengué, Tsètfam et Tseunmgheung ; mais aussi plus loin au fond de la rivière limitrophe Nkhiè mleuk par le groupement Fondjomekwèt.

 

VILLAGE TSEUNMGHEUNG
Tseunmgheung est placé sous l’autorité du chef de quartier Mo’o Menkamgheung FOUNOU Carème. Il constitue la porte d’entrée du groupement Fomopéa sur la pénétrante sud. Comme mentionné plus haut, Tseunmgheung partage la même danse traditionnelle principale « Maghouop » avec son voisin Toukmgheung. C’est également une agglomération à forte densité de population où les cases et maisons d’habitation partagent dans une splendeur inédite, un environnement voilé d’un couvert végétal. On y retrouve l’Ecole Publique de Tsenla et le légendaire Stade Kamta. C’est l’un des quartiers où la culture de la vigne se développe encore de façon consistante, avec des foyers de raphia suffisamment peuplés. Les principales attractions touristiques du quartier Tseunmgheung sont : la chute de Ntam-tam, Nkhiè manse ndoh, ainsi que les deux torsions en forme de S sur le tronçon routier Fomopéa-Bamengui. Il convient de rappeler toute la complexité dans la fixation définitive des limites sud du quartier Tseunmgheung, dans la mesure où le débat reste non tranché sur les limites sud du Groupement Fomopéa, qui selon l’histoire se prolongerait jusqu’au fleuve Mfouri à la limite de Foyemtcha ; puis Ngomenzok à la limite de Ngang, proche de Kékem dans le haut-nkam. C’est d’ailleurs sur cette plaine que l’on retrouve Bamengui et surtout la grande savane de Ghang, anciène demeure du chef supérieur Fomopéa, Sa Majesté Tawamba Gaubert qui y disposait d’un large espace agricole. Plus proche de nous, Yah Founkang, actuel Bandoum, directement juxtaposé au pied de la chaîne montagneuse qui abrite la plantation de Wouètndia Fou Nkengnang.   

 

QUARTIER TSETFAM
C’est l’un des trois quartiers de l’agglomération sud du groupement Fomopéa. Il se situe plus précisément à la limite ouest du groupement aux frontières du village Fotoufeu. Le chef de ce quartier porte le titre de NKAM TSETFAM. La danse traditionnelle principale ici est le Samalé. La densité de la population y est moyenne et la végétation forestière dans la vallée, mais avec une prolongation de savane sur le flanc des montagnes jusqu’à la limite à Fotoufeu. C’est aussi l’un des foyers agricoles du groupement, surtout dans la production du maïs, haricot et pomme de terre.

 

LES REPRESENTANTS DU CHEF DANS LES GRANDES VILLES : LES MBEU’FOU
Ce sont les représentants du chef supérieur Fomopéa dans les grandes villes où les Fomopéa sont majoritairement présents. Les Mbeu’fou sont répartis en deux catégories. Ceux de Douala et Yaoundé, selon le décret du  chef à cet effet, ont rang et prérogatives de notable chef de quartier. Et à ce titre, ils siègent au conseil des notables à la chefferie. Ils participent à cet effet aux prises de décisions destinées aux peuples dont ils ont la charge.
Tout comme ceux de Bafoussam et de Kribi, les Mbeu’fou de Douala et de Yaoundé assurent au quotidien la coordination et la supervision de la communauté Fomopéa dans leurs villes respectives.

 

Plan géographique
Les coordonnées de Fomopéa sont les suivantes :

5°19'0" N
10°9'0" E

 

Le climat
Le groupement Fomopéa a un climat tempéré. Le climat est frais tout au long de l'année. La température ici varie en fonction du milieu où on se trouve, et décroit au fur et à mesure que l’on progresse en altitude. Elle atteint des records d’infériorité dans les hautes terres d’EYUET. L’environnement ici est nuageux en matinée et en soirée, contrairement à la journée où on assiste à l’apparition éventuelle du soleil. Parfois, le brouillard peut couvrir partiellement ou totalement l’étendue du territoire dès le début d’après-midi jusqu’à la tombée de la nuit. Pendant la saison sèche, le soleil se lève régulièrement à partir de 08 heures du matin et se couche vers 16 heures. Ce qui diffère de la saison des pluies où on observe une rareté de soleil qui dure parfois trois jours dans les cas extrêmes. À Fomopéa il fait fréquemment beau-temps. La nature est calme et les chants d’oiseau bercent avec tendresse les oreilles de toute personne pour un séjour agréable parmi les peuples du mont Néyang. En journée, des vents moyens soufflent en toute direction et ventile toute la cité comme une caresse maternelle appliquée avec tendresse. La nuit, ces courants humides augmentent en intensité et se concentrent davantage pour générer la brume du matin. Les précipitations à Fomopéa sont fréquentes et s’accompagnent occasionnellement de vents violents qui aboutissent parfois à la destruction des biens agricoles.


Le relief
Sous une vue générale, le groupement Fomopéa présente un relief des montagnes. Toutefois suivant sa répartition territoriale, c’est un ensemble constitué de trois grandes agglomérations à savoir : Yantouck, Tsenla et Fomopéa centre, sans omettre ses extensions spatiales. Toutes ces contrées sont bâties sur un plan latéral et forment des foyers de peuplement au relief très peu accidentés. Fomopéa est un groupement limitrophe, car situé sur le versant Est des chaines montagneuses du département de la Menoua. Il dresse ses limites à partir de la rivière dénommé « Nkhiè Ntseunkoua’ » vers Fokoué. Limites qui se prolongent jusqu’à la rivière Nkhiè mleuk  en passant par Sonkeng, Baloum et Fotouni. Elles (limites) longent toute la vallée de Nzamdoung qui sépare la Menoua du Haut-Nkam, par Fotouni, Fondjomekwèt… C’est en aval de ces groupements, que selon l’histoire, Fomopéa admet une prolongation de terrain plat, depuis la plaine de Yah Fou Nkang jusqu’au Fleuve Nfouri à Foyemtcha. Ensuite, Il se poursuit par un détour vers Ngang par Ngomenzock avec une prolongation aux frontières de Fontsa-Touala jusqu’à Fotoufeu et Fokoué. Toutefois, des flux migratoires et des mouvements des populations à la recherche des terres arables et des habitats plus sécurisés ont favorisé la création de nouveaux foyers de peuplements. En guise d’illustration, on peut évoquer Yah fou nkang qui est l’actuel Bandoum, La savane de Ghang leung siège de l’une des plus importantes demeures de Sa Majesté Tawamba Gaubert, et qui s’étend sur un foyer de peuplement Balé, Mais surtout Bamengui dont tous les aspects socioéconomiques, anthropologiques et linguistiques traduisent son unité historique avec Fomopéa, en dépit de quelques velléités politiques.


La Végétation
Situé dans la région des Grassfields, le groupement Fomopéa présente un couvert végétal très important. Au sommet des collines, dans les hautes terres montagneuses, c’est un couvert végétal de type savane qui prédomine. En saison de pluie ; entre mars et octobre, c’est une verdure pittoresque qui tapisse le flanc des collines du groupement Fomopéa avec la démonstration d’une beauté naturelle à perte de vue. En saison sèche, entre Novembre et Mars, des collines desséchées sont sujet aux feux de brousse sous l’action de bergers en quête de pâturage. Le peuple haoussa qui loge dans les hautes terres montagneuses du groupement, s’adonnent beaucoup à cette pratique qui est par ailleurs vitale pour leurs multiples troupeaux.
La savane s’étend sur les versants de montagnes jusqu’à la vallée où se développe une végétation de tout autre nature. Ici, ce sont de petites forêts qui couvrent le pied des montagnes. Des forêts qui peuvent s’étendre sur plusieurs dizaines de mètres. Leur présence se justifie par l’existence d’un cours d’eau en ce lieu. La superficie des forêts de vallée à Fomopéa varie en fonction du débit d’eau disponible dans ces bas-fonds.
Dans les bas-fonds, se développe la culture du raphia, une espèce végétale très prisée dans la production du vin blanc, en même temps que ses bambous offrent la matière première pour la fabrication de multiples œuvres d’art.
Mais, Au centre, dans les lieux d’habitation, Ce sont des plantations qui se dressent sur des superficies importantes où se développe une agriculture mixte de produits vivriers (banane douce et banane-plantain, haricot, choux, pommes de terre, maïs, arachide, oignon, carotte) et industriels (café arabica pour la plupart) parmi lesquels on observe aussi des arbres fruitiers (goyaviers, manguiers, avocatiers, kolatiers, pruniers…).
Fomopéa connait aussi une impressionnante politique de reboisement, nonobstant le choix des espèces d’arbres qui peuvent plutôt s’avérer dangereux à cet écosystème terrestre. L’eucalyptus très planté ici, est un arbre très important dont l’utilité varie du bois de chauffage aux matériaux de construction et d’ameublement. Cependant, son adéquation à l’environnement de Fomopéa reste encore problématique. Il s’agit d’une plante très exigeante en matière d’absortion d’eau. Pour ce fait, l’eucalyptus est plus adapté à la mangrove et à la côte et non à Fomopéa dont le sol risquerait d’épuiser sa faible teneur en eau sous l’effet de sa forte exigence.  
Un peu plus en aval des lieux de résidence, après les deux  « s » sur le tronçon routier Fomopéa-Bamengui, c’est une discontinuité de Forêt qui recouvre les bas-fonds de Nzamdoung en passant par la chute de Ntamtam sur la rivière nkhiè manse ndoh jusqu’à Bamengui. Toutefois on note encore quelques îlots de savane à deux endroits précis à Bamengui, précisément ghang leung et ghang nzam camp ballon. Néanmoins, ces espaces sont soumis à une exploitation agricole progressive, avec au premier plan la culture des palmiers à huile.
Le  sol de Fomopéa connaît aussi des années d’abondance en champignon. Cette occasion s’alterne parfois avec les années d’abondance en termites comestibles.
En somme, la végétation du groupement Fomopéa se partage deux variables disproportionnées à savoir une prédominance de savane en amont, et de forêt en aval, hormis quelque cas de mixtures interposés.


Hydrographie
Le groupement Fomopéa présente un impressionnant réseau hydrographique constitué à la fois des eaux bordières et des eaux intérieures. Le débit de ces eaux ainsi que leur fréquence annuelle dépend de leur nature et de leur fréquence.
Les eaux bordières
Nkhiè ntseun nkoua, Nkhiè mleuk, Nkhiè Mfouri, Nkhiè Balé ; telles sont les eaux bordières que regorge le groupement Fomopéa. Elles ont la particularité qu’elles séparent le groupement de ses voisins et constituent de ce fait des limites naturelles. Ce sont des cours d’eau qui tirent leur source bien au-delà du groupement Fomopéa. C’est la raison pour laquelle elles coulent toute l’année. Toutefois leur débit varie en fonction de la précipitation. Ces cours d’eau connaissent une stabilité en période de faible précipitation et en saison sèche où on les traverse à pied. Ils connaissent cependant une grande évolution en période de forte précipitation avec des inondations très régulières et des risques potentiels de noyade et de destruction de produits agricoles.  
Les eaux intérieures
Nkhiè Magangleung, Nkhiè soh, Nkhiè ézeun, Nkhiè nzam étieug, Nkhiè manse ndoh, Nkhiè meuh… telles sont les eaux intérieures présentes sur le territoire de Fomopéa. Elles se distinguent par leur nature à traverser le sol de Fomopéa de part et d’autre de leurs rives. Certaines sont concentrées dans un quartier alors que d’autre séparent deux quartiers du groupement avant de se jeter dans le grand cours qui est Nkhiè Mleuk.
Nombre de ces eaux prennent leur source dans les hautes montagnes de Fomopéa. Elles sèchent partiellement ou définitivement en saison sèche, pour reprendre leur cours normale en saison de pluie. Ces cours d’eau sont à usage varié. Alors que les grand cours servent de carrières d’exploitation de sable et de pierres, les petits cours offrent aux populations un espace privilégié pour le ménage, la lessive et la baignade. Par ailleurs, les ruisseaux et marigot se présentent comme des abreuvoirs pour bétail et autre animaux domestiques. Ils contribuent aussi dans l’arrosage des plantes agricoles domestiques. Avant la mise en application définitive du programme d’adduction d’eau dans la plupart des quartiers du groupement, les populations s’abreuvaient à l’eau de source ou des marigots. L’on y retrouvait de la bonne eau naturelle fraiche recueillie à l’intersection des blocs de pierres.
En définitive,  le groupement Fomopéa présente une diversité sur le plan hydrographique avec des eaux bordières et intérieures ayant chacune des particularités en fonction de leur usage, leur débit, leur et leur origine.


Guy Michel DIAFFI | Le 2014-07-15
×

Votre commentaire compte


Merci


☰  Commentaires 5


Demanou Mistrand Urrich 2019-05-10 à 10:14:32

message user image



Merci pour cet article qui permet d'avoir une connaissance détaillé du groupement Fomopea. À partir de cet article je me rend compte que je ne connais rien du village qui est le mien. Je serai gré à l'auteur si possible d'avoir une connaissance de l'histoire du groupement Fomopea. Je suis content et surpris de la richesse de ce village.

depenyou siwe raoul 2016-04-12 à 16:49:09

C'est avec un cœur remplie de joie que j’écris ces quelques ligne. Félicitations pour cette réalisation Que tous mes meilleurs vœux vous accompagnent dans votre prochaine grande aventure.Bravi pour cette grande réussite ! Je vous souhaite le meilleur pour l'avenir. LE NOBLE SIWE

message user image



avenir geradine meikengang 2015-09-29 à 10:32:56

message user image



waoooh impressionnant mais quel talent caché j'ignorais qu'il avait des écrivains à fomopea. Félicitation Michel pour cette historique Fomopéa ce fut un plaisir pour moi de connaître les fondements de mon village. mais j'ai un soucis comment faire pour apporter ma part de contribution au développement de la communauté car je suis étudiante en master et je souhaite vraiment porter le thème de mon mémoire sur la promotion de la culture et l’épanouissement de la jeunesse fomopea. car il est temps que la culture fomopea soit inscrite sur la liste du patrimoine culturel camerounais. fais moi signe si tu es interessé merci

Guy Michel DIAFFI 2015-05-05 à 02:12:18

Merci à vous M. YEBGA A. pour ce signe de reconnaissance et surtout pour le souvenir de votre passé avec notre Chef Supérieur. Je puis vous rassurer que votre message de salut à notre Roi est allé à l'endroit indiqué sans transiter par un quelconque canal qui puisse être intermédiaire.
Encore Merci au nom de notre équipe rédactionnelle !

message user image



YEBGA Albert 2015-01-07 à 21:26:27

message user image



Bonjour,

c'est avec une grande surprise que j'ai vu votre journal et en particulier sa Majesté Justin Tientcheu votre Chef Supérieur avec qui on était à Rouen en France. Je ne savais pas qu'il était Chef et je suis très surpris et content d'avoir de ses nouvelles. Transmettez-lui mes salutations.

A. YEBGA dit Maya